Anthony Courteille :

chef-boulanger

N’enfermez pas Anthony Courteille dans une case. L’homme aime brouiller les pistes sans pour autant se disperser. Pour lui chaque expérience mène à son dépassement.

 

À quatre ans, son oncle boulanger lui inocule le virus du métier en trempant son doigt dans la pâte à brioche. Sa voie est toute trouvée. Diplôme en poche, il part en Angleterre. Tourier dans un grand hôtel, il s’occupe du five o’clock tea et lorgne rapidement vers les cuisines.

 

De coup de main en coup de pâte, il passe de l’autre côté. À son retour à Paris, il se perfectionne auprès de grands chefs : Alain Dutournier au Carré des Feuillants, puis Mickaël Feval et Morot-Gaudry. Après une courte escale en Espagne, il fait la rencontre déterminante du chef Guy Martin. Il noue avec lui une relation de confiance qui le mène à diriger pendant quatre ans l’Atelier Guy Martin.

 

Styliste culinaire, animateur télé, graphiste, journaliste ou encore dessinateur de bande-dessinée à ses heures, Antony Courteille ne tarde pas à ouvrir son propre restaurant.

À la table de Matière à… il développe un concept tourné vers la transmission. Son pain et son beurre maison y sont déjà reconnus.

Avec Sain il prolonge cette aventure culinaire, mais aussi humaine.

 

Car au cœur de sa nouvelle entreprise, il y a une philosophie du partage qui s’exprime autant par la proximité du boulanger avec ses clients, que par la préparation d’un aliment premier, indissociable des plaisirs de la table et de la communion du repas.